seconde chance

dérive : équation nocturne
la dérivée donne, sonne, la pente du temps
comme on revient sur ses pas,
leurs parcours de jadis,
voir ce que l’on avait manqué
les bifurcations ignorées
ce que cachaient les portes cochères
ce que que dérobaient les grilles
les jungles d’arrière-cours
une synchronicité de couleurs
comme on reprend langue
dans un silence intérieur